Général

À propos du garçon qui a dépensé 100000 euros sur Google Adwords

À propos du garçon qui a dépensé 100000 euros sur Google Adwords

Exigences auxquelles un contrat électronique doit répondre

Ces jours-ci, nous avons été surpris par la nouvelle d'un garçon de douze ans qui a embauché les services Google Adwords, dépensant plus de 100 000 euros.

Ce qui est frappant, c'est le fait que le mineur pensait que ce serait Google qui le paierait pour insérer de la publicité dans les vidéos de sa chaîne YouTube, alors qu'en fait le contraire s'est produit. Mettant de côté le fait qu'il était mineur, Comment pourrait-il être confus de cette façon? Quelles exigences un contrat électronique doit-il avoir pour que cela ne se produise pas et que les parties comprennent ce qu'elles acceptent?

Chaque fois que nous en faisons plus contrats sur Internet. Les nouvelles technologies nous invitent à contracter des services ou à faire des achats sans avoir à quitter la maison. Mais savons-nous exactement comment ces types de contrats sont réglementés? À quelles exigences doivent-ils répondre? Les utilisateurs ont-ils des droits spéciaux?

Exigences auxquelles les contrats électroniques doivent satisfaire

La réglementation des contrats électroniques il se trouve dans divers règlements et lois. La loi 34/2002 du 11 juillet sur la société de l'information et le commerce électronique (ci-après la loi 34/2002) consacre son titre IV (articles 23 à 29) à la réglementation de ces contrats. Le Code civil et le Code de commerce réglementent également certains aspects de ce type de contrat. Mais il ne faut pas oublier qu'un contrat électronique est toujours un contrat, et il faudra adhérer à ce que disent les autres réglementations civiles ou commerciales sur les contrats, notamment celles qui font référence à la protection des consommateurs et des utilisateurs.

Comment les contrats électroniques devraient être conclus

Tout d'abord, nous parlerons de la manière dont les contrats électroniques devraient être exécutés. La loi 34/2002 établit que, dans le cas où la loi établit l'obligation que le contrat doit être écrit, cette exigence sera considérée comme satisfaite si le contrat ou l'information est contenue dans un support électronique. Par conséquent, pour qu'un contrat conclu électroniquement soit valable, il ne sera pas nécessaire qu'un accord ait été préalablement conclu entre les parties sur l'utilisation de moyens électroniques.

C'est il ne sera pas nécessaire que ce document soit sur papier, à quelques exceptions près. Contrats ayant trait au droit de la famille et des successions (comme un héritage), ou lorsqu'une loi détermine que, pour la validité d'un contrat, d'une entreprise ou d'un acte juridique, le formulaire documentaire public est nécessaire, ou est requis l'intervention d'organismes juridictionnels, de notaires, de registraires immobiliers et marchands ou d'autorités publiques, il sera nécessaire que ledit contrat soit rédigé.

Lorsque nous faisons un contrat physique, entre deux personnes, il est facile de connaître la réception du contrat par l'autre partie. Un simple accusé de réception par Correos suffit pour savoir qu'un document est parvenu à son destinataire. Mais, comment cette procédure se déroule-t-elle sur Internet? Eh bien, en envoyant un accusé de réception par email, ou la confirmation documentaire d'acceptation reçue par un moyen équivalent dans la procédure de passation de marché, pour autant que ladite confirmation puisse être déposée par son destinataire. De cette manière, les dispositions de l'art. 28 de la loi 34/2002, garantissant la sécurité juridique des parties contractantes.

Mais S'il y a un domaine de préoccupation dans la passation des marchés électroniques, c'est la défense des consommateurs et des utilisateursd'autant plus que l'une des parties sera toujours dans une position inférieure. Dans le décret législatif royal 1/2007, du 16 novembre, qui approuve le texte consommé de la loi pour la protection des consommateurs et des utilisateurs (ci-après RDL 1/2007), on trouve également une réglementation sur ce type de contrats tenu à distance via un support électronique. Les exigences formelles des contrats conclus à distance par les consommateurs et les utilisateurs se trouvent dans son article 98.

Obligations de l'employeur

Cet article établit certaines obligations pour l'employeur, y compris fournir au consommateur et à l'utilisateur, dans la langue utilisée dans la proposition de contrat, ou dans celle choisie pour lui (au moins en espagnol) les informations visées à l'art. 97.1 (Informations précontractuelles sur les contrats à distance et les contrats conclus en dehors de l'établissement commercial), en termes clairs et compréhensibles. Si ce contrat électronique implique des obligations de paiement pour le consommateur et l'utilisateur, l'entrepreneur les informera de manière claire et visible, et juste avant de passer la commande, les informations concernant les principales caractéristiques des produits ou services, le prix total des biens ou services, y compris les taxes et frais, la durée du contrat, le cas échéant, ainsi que la durée minimale des obligations du consommateur et de l'utilisateur découlant du contrat.

L'un des aspects à souligner dans ce type de contrat électronique est que Il doit y avoir une clarté dans le mode de paiement, le cas échéant, et dans les informations proposées à l'utilisateur, qui doivent exprimer consciemment tout ce que les obligations du contrat signé impliquent. Il est essentiel que les informations relatives au contrat soient connues de l'utilisateur avant de le signer de manière appropriée, ainsi que l'identité de l'employeur, qui adoptera les mesures appropriées et efficaces lui permettant d'identifier sans équivoque le consommateur et l'utilisateur avec qui il célèbre le contrat.

En ce qui concerne les produits contractés électroniquement, il convient de souligner contracter des services financiers, notamment avec la prolifération des services bancaires par Internet. Ses règlements se trouvent principalement dans la loi 56/2007 du 28 décembre sur les mesures de promotion de la société de l'information (ci-après la loi 56/2007). L'une des exigences imposées aux entités qui offrent des services financiers aux consommateurs et qui offrent des services d'une importance économique particulière pour le public est de fournir aux utilisateurs un moyen de communication télématique qui, grâce à l'utilisation de certificats de signature reconnus électronique, leur permet d'effectuer, par exemple, l'achat électronique de biens, de services ou de fournitures, ainsi que de modifier et de finaliser les contrats correspondants (art. 2 de la loi 56/2007).



Vidéo: Google Ads Tutorials: Thinking strategically about your goals (Octobre 2021).